Serons-nous là ?

Chères sœurs, chers frères,
Nous touchons au but. L’enfant attendu est bientôt là. . . Bientôt son petit nez va poindre. . . bientôt il va pousser son premier vagissement, bientôt il va ouvrir ses grands yeux d’enfants sur ce monde et. . . il va nous chercher du regard. Serons-nous là ?

Serons-nous au rendez-vous de son amour ?

Le célèbre chant « Peuple fidèle » qui est chanté dans toutes les paroisses du monde dans la grande nuit de la Nativité, nous invite à venir à la crèche.

Dans les crèches provençales, on voit des bergers, des mages, toutes sortes de personnages qui étaient présents il y a 2000 ans à Bethléem, mais on voit aussi des curés (joyeux anachronisme puisque évidement il n’y en avait pas encore !), des meuniers, des rémouleurs, et (autres anachronismes) des accordéonistes, des joueurs de pétanque, . . . bref toute l’humanité, à travers ces figurines de terre, est invitée à se retrouver autour de ce bébé dont nous savons qu’il n’est pas un bébé ordinaire (mais un bébé peut-il être ordinaire puisque chaque humain est unique ? ?). Celui qui a été placé dans une mangeoire, va vivre tout de notre humanité, dans toutes ses phases (sauf la vieillesse !), pour sauver tous les humains. Il est celui qui, solidaire des humains, les entraîne dans le salut qu’Il leur apporte.

Serons-nous là à côté de son berceau artisanal, prêts à partir avec lui dans cette grande aventure de salut, pour apprendre de lui à aimer et à nous laisser aimer ? Serons-nous là auprès de lui sur les routes de Galilée et de Judée, pour écouter sa parole de vie ? Serons-nous encore là, au mont des Oliviers, puis au Golgotha, au pied de la croix ? Serons-nous là, au Cénacle, pour recevoir son Esprit et nous laisser envoyer en mission ?

Serons-nous là comme des spectateurs accoutumés, puisque le scénario ne change pas d’une année sur l’autre ou bien comme des disciples émerveillés devant tant d’amour ? Oui, venons à la crèche ! pour retrouver notre âme d’enfant, mais surtout pour revivifier notre vocation d’enfant de Dieu bien aimés, sauvés par le Fils unique du Père.

Alors que notre joie soit grande, que notre jubilation éclate ! Aujourd’hui un sauveur nous est né, c’est le Christ, le Seigneur !

Belle et sainte fête de la Nativité ! Paix à tous !

Benoît+, votre curé

Éditorial du Messager de l’Unité n°6, 22 décembre 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *