Relire sa vie pourquoi, comment

C’est le moment de faire une relecture du confinement à la lumière de l’Esprit Saint, de relire son existence afin de trouver des chemins pour l’avenir. Relire, donc se poser, prendre du temps pour contempler le chemin parcouru. Une relecture, pas un bilan : regarder vraiment les choses en profondeur. Au-delà des faits, regarder comment Dieu est présent dans notre vie. Demandons à l’Esprit Saint d’avoir l’audace de partager cette relecture avec les autres. Savoir que Dieu marche avec nous, c’est un beau cadeau à ne pas garder mais à partager. En partageant cette expérience nous grandirons tous ensemble.

Grille de relecture

200523_relecture_01

Des pas sur le sable
Une nuit, j’ai eu un songe.
J’ai rêvé que je marchais le long d’une plage, en compagnie du Seigneur.
Dans le ciel apparaissaient, les unes après les autres, toutes les scènes de ma vie.
J’ai regardé en arrière et j’ai vu qu’à chaque scène de ma vie, il y avait deux paires de traces sur le sable: L’une était la mienne, l’autre était celle du Seigneur.
Ainsi nous continuions à marcher, jusqu’à ce que tous les jours de ma vie aient défilé devant moi.
Alors je me suis arrêté et j’ai regardé en arrière. J’ai remarqué qu’en certains endroits, il n’y avait qu’une seule paire d’empreintes, et cela correspondait exactement avec les jours les plus difficiles de ma vie, les jours de plus grande angoisse, de plus grande peur et aussi de plus grande douleur.
Je l’ai donc interrogé : « Seigneur… tu m’as dit que tu étais avec moi tous les jours de ma vie et j’ai accepté de vivre avec Toi. Mais j’ai remarqué que dans les pires moments de ma vie, il n’y avait qu’une seule trace de pas. Je ne peux pas comprendre que tu m’aies laissé seul aux moments où j’avais le plus besoin de Toi. »
Et le Seigneur répondit : « Mon fils, tu m’es tellement précieux ! Je t’aime ! Je ne t’aurais jamais abandonné, pas même une seule minute ! Les jours où tu n’as vu qu’une seule trace de pas sur le sable, ces jours d’épreuves et de souffrances, eh bien : c’était moi qui te portais. »
Du poète brésilien Ademar De Barros

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *