Un peu d’histoire…

L’Association pour la Restauration de l’Église Saint-Étienne de Mareil-Marly (AREMa) publie sa Lettre n°17. Le chantier de la restauration connaît des retards, les entreprises contactées par les architectes ne pouvant se rendre sur place ce qui entraîne un report de la date de remise des offres et en conséquence celle de début des travaux. Mais l’association AREMa nous propose dans sa Lettre une intéressante notice historique que nous relayons ici.


En cette période de confinement, à défaut de pouvoir agir efficacement pour notre église, nous vous proposons de faire succinctement connaissance des deux personnalités qui ont permis le classement de Saint-Etienne au titre des Monuments Historiques : le Maire Gustave Paulin et le Curé Joseph Léturgie.

Deux dates sont intéressantes à rapprocher : 1840, première liste des monuments et objets inscrits aux Monuments Historiques – 1853, classement de l’église de Mareil-Marly, soit seulement 13 ans après la première liste…

Chevalier Colonel Jean-Charles-Gustave Paulin, Maire

Né à Sorèze (actuel département du Tarn) le 4 novembre 1785, il effectue ses premières études au Collège de Sorèze, est admis le 24 septembre 1803 à l’Ecole Polytechnique (fondée en 1794) avant d’entrer à l’Ecole d’Application du Génie. Lieutenant en 1807, il est envoyé à Alessandria (Piémont). Capitaine en 1809, il est nommé à l’état-major du Génie. En 1812, c’est
la campagne de Russie pendant laquelle il construit avec sa compagnie l’un des deux ponts sur la Bérézina. Il est promu la même année Chevalier de la Légion d’Honneur, Chevalier de l’Empire. En 1815 son grade de capitaine d’état-major est confirmé par le roi Louis XVIII.

Il se marie en 1816 à Brest. En 1818 il est créé Chevalier par lettre patente du roi. En 1823 il est élevé à la dignité de Chevalier de l’Ordre de Saint-Louis.

En 1830, nommé chef de bataillon, il est affecté au commandement du Corps des Sapeurs-Pompiers de Paris avec pour mission de remettre de l’ordre dans un corps particulièrement désorganisé.

1831, Officier de la Légion d’Honneur. 1834, lieutenant-colonel. 1845, mise à la retraite avec le grade de colonel.

En 1832 il avait acquis une maison à Mareil (actuelle Maison de la Montjoie, profondément modifiée par les propriétaires successifs). En 1849 il entre au Conseil Municipal. En 1852 il est nommé Maire par le préfet. En 1853 il crée le Corps des Sapeurs-Pompiers de Mareil. La même année l’église est classée au titre des Monuments Historiques. En 1854 il fait construire la Mairie-Ecole (actuelle bibliothèque). En 1859 il quitte la charge de maire. En 1861
il vend sa maison de Mareil et se retire à Paris.

En 1864 il est promu Commandeur de la Légion d’Honneur. Il s’éteint en 1867 et est inhumé au Cimetière du Montparnasse.

Abbé Joseph Léturgie, Curé

Né le 9 octobre 1801 à Béthune (Pas-de-Calais), il consacre la première partie de sa vie à l’étude des sciences et des arts avant de se rendre compte qu’il lui fallait plus que des corps à guérir, mais qu’il avait besoin d’entrer en communication avec des âmes. Après avoir été puiser à Saint-Sulpice ces qualités maîtresses qui font l’homme de Dieu, il part à Nancy où il reçoit la
prêtrise des mains de Mgr Sibour au mois de juin 1841.

Après deux ans comme curé près de Toul, trois ans aumônier à la Nativité de Pont-à-Mousson, deux ans comme aumônier d’un couvent du même ordre à Saint-Germain-en Laye, il est nommé curé de Mareil-Marly en 1849 où il reste jusqu’en 1856.

Aumônier du couvent de Grand-Champ à Versailles jusqu’en 1858, il est nommé vicaire à Saint-Germain-en-Laye jusqu’en 1862 puis aumônier de l’asile du Vésinet jusqu’en 1873 car, de santé chancelante, il est contraint de donner sa démission pour se retirer dans une modeste demeure qu’il possédait à Marly-le-Roi. Jusqu’au dernier moment, il se mit au service des
pauvres, des pêcheurs, des malades, des affligés de toute condition.

Il rend son âme à Dieu le 13 janvier 1889 et repose dans le cimetière de Marly-le-Roi où sa sépulture, victime des outrages du temps, est dans un bien triste état…


Comme nous pouvons le constater, nous avons bien affaire à deux personnalités exceptionnelles dont peut s’enorgueillir notre village et qui nous montrent le chemin à suivre : mettre tout en œuvre pour conserver à notre église Saint-Etienne la beauté qu’elle a su conserver après 800 ans d’existence…
arema.mareil@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *