De grands changements à accueillir dans la foi

De grands changements à partir du 1er septembre, que le Père Rémy Houette nous demande d’accueillir dans la foi. D’abord son départ pour rejoindre le monastère Notre-Dame de la Trappe à Soligny-la-Trappe (Orne). Ensuite la décision de Mgr Aumonier de placer notre groupement paroissial sous la responsabilité de l’actuel curé de Saint-Léger qui sera donc en septembre, curé de Saint-Léger, Fourqueux et Mareil-Marly. Un prêtre qui viendra d’Afrique résidera au presbytère de Fourqueux, tout en étant vicaire de l’ensemble, sous l’autorité du curé, le père Benoît Chevalier.

Lourdes : un profond message d’humanité

Des paroissiens de Mareil/Fourqueux nous recommandent chaudement le documentaire « Lourdes » de Thierry Demaizière et Alban Teurlai sorti en salles (UGC Roxane à Versailles) le 8 mai. Attention le nombre de salles le programmant risque d’être encore plus réduit -c’est-à-dire insignifiant- dès mercredi prochain.

Le synopsis : Le rocher de la grotte de Lourdes est caressé par des dizaines de millions de personnes qui y ont laissé l’empreinte de leurs rêves, leurs attentes, leurs espoirs et leurs peines. A Lourdes convergent toutes les fragilités, toutes les pauvretés. Le sanctuaire est un refuge pour les pèlerins qui se mettent à nu, au propre – dans les piscines où ils se plongent dévêtus – comme au figuré – dans ce rapport direct, presque charnel à la Vierge.

Mais à lire les commentaires sur Allo Ciné c’est beaucoup plus que cela. Une réaction parmi beaucoup d’autres :
« Croyants ou en recherche y trouveront un questionnement profond sur l’existence de Dieu, non-croyants et agnostiques y verront un message profond d’acceptation et d’amour. Un moment de grâce rare, d’une heure et demi, où le temps est suspendu et l’Amour et la vie apparaissent, sans fards. Un profond message d’humanité. »

La violence juste parce qu’ils prient

Mgr Bruno Valentin, évêque auxiliaire de Versailles, était l’invité de France Inter en ce lundi de Pâques. Il est revenu sur les tragiques événements de la semaine sainte et en premier lieu sur les attentats de dimanche au Sri-Lanka.

Devenir ce peuple de Dieu

Comme nous reconstruirons Notre Dame de Paris, le Christ nous invite à nous intégrer dans son corps vivant qui est l’Église, pour devenir chacun pour nous-même mais aussi tous ensemble, ce peuple de Dieu, cette unité avec le Christ, comme les membres sont unis à la tête, et recevoir la vie en abondance, vie qui jaillit de Lui.

Extrait de l’homélie du Père Rémy, dimanche 21 avril 2019.

Vivre ensemble l’aube pascale

A Mareil-Marly et à Fourqueux tout le monde connaît le site de la Croix Saint-Michel en forêt de Marly. Un bon objectif de promenade à pied ou en vélo à travers cet environnement magnifique. Mais savons-nous tous que des chrétiens s’y rassemblent au petit matin du dimanche de Pâques, ce moment si important pour notre vie chrétienne. Cela se passe le dimanche 21 avril à partir de 7h00 à l’invitation de la communauté protestante de Marly-le-Roi. Après la veillée pascale à 21h00 à Saint-Etienne de Mareil-Marly (au cours de laquelle Paul Aznar et Sébastien Moras seront baptisés) ou avant les messes de Pâques de 10h00 (à Saint-Etienne de Mareil-Marly) ou de 11h30 (à l’église Sainte-Croix de Fourqueux), c’est comme vous voulez ! Pour un trajet à pied prévoir 42 minutes depuis Saint-Etienne de Mareil-Marly, 37 minutes depuis Sainte-Croix de Fourqueux.
C’est là : 48.869695, 2.042293

Cette unité perdue, Notre-Dame l’accomplissait sous nos yeux éberlués

Cette nuit n’était pas faite pour dormir.  A la vue de Notre-Dame en flammes, l’émotion était trop forte, la tristesse trop intense, la prière trop nécessaire. Et dire que j’étais encore la veille prêchant sous ces voûtes millénaires où je fus ordonné il y a bientôt trente ans ! Je ne puis vous exprimer la peine qui me gagne à la pensée de cet écrin de tant de nos souvenirs heureux disparus en fumée…

Vous avouerais-je pourtant qu’à la consternation a très vite fait place en moi une sorte de reconnaissance subjuguée ? Des propos que j’avais toujours désiré entendre ont semblé jaillir comme par miracle de ce funeste événement. Au cours de ces heures angoissées, il m’a semblé, en effet, sentir le vieux coq Gaulois se réveiller de sa torpeur.

Que de magnifiques paroles unanimes les médias n’ont-ils pas relayées de manière persistante et ininterrompue ! De la part de touristes, de badauds, de journalistes, d’hommes politiques, d’ecclésiastiques, d’esthètes, de pompiers… Des gens de tous âges, de toutes conditions, de toutes origines et de toutes croyances… Une mystérieuse communion semblait régner enfin sur ce peuple de France dont les mois écoulés avaient si tristement montré au monde le morcellement et les fractures.  Cette unité qu’un message présidentiel, prévu le même soir, n’aurait probablement pas réussi à renouer, Notre-Dame, la Vierge Sainte, l’accomplissait sous nos yeux éberlués. Et si c’était encore une fois l’intervention surnaturelle de la Mère de Dieu qui redonnait à notre cher et vieux pays l’élan de l’espérance ?

Bien sûr restent l’infinie douleur de voir ces ruines désolées, l’irréparable perte de tant d’œuvres d’art, et l’abattement devant la tâche colossale de la reconstruction. Pourtant en cette Semaine Sainte qui débouche sur la victoire de Pâques, les chrétiens aiment à se redire que de tout mal, Dieu peut faire sortir un bien. De quel relèvement ce désastre est-il la promesse et l’amorce ? Ces pierres dont le Seigneur nous disaient hier encore qu’elles crieraient, ne les entendons-nous pas, encore fumantes, appeler au sursaut et à la foi ?

Père Guillaume de Menthière
Prédicateur des Conférences de Carême 2019 à Notre-Dame de Paris

Recevons un surcroît de foi et d’espérance

Notre Dame de Paris brûle ce soir.

Le glas de la cathédrale Saint-Louis de Versailles sonne.

Le cœur bouleversé j’adresse toute ma prière, mon soutien et celui de tout le diocèse à Mgr Aupetit, archevêque de Paris et à tous les parisiens. Je pense aux nombreux prêtres et évêques qui ont été consacrés à Notre-Dame de Paris, aux fidèles et aux passants qui depuis des siècles y viennent chaque jour par milliers.

Je partage leur peine.

L’âme de Paris n’est pas morte.

Notre Dame, la Mère de Jésus continue de veiller sur Paris et sur la France.
La bonne volonté, la générosité aideront à reconstruire cet édifice.

En ce début de semaine sainte, le regard tourné vers le Christ, recevons un surcroît de foi et d’espérance.

Monseigneur Eric Aumonier,
évêque de Versailles pour les Yvelines
15 avril 2019

Suivre le Christ, passage vers Dieu

Toute l’ambiguïté des hommes pécheurs va apparaître et tout va se liguer pour le rejeter et le crucifier. Le mal des hommes apparaît qui, en tuant l’Innocent, va être comme piégé dans cet événement de la Passion où Dieu donne son Fils. Désormais plus personne ne sera jamais seul dans son épreuve puisque Dieu a tout assumé. Croire au Christ Sauveur peut transformer notre existence qui peut devenir en Lui, passage vers Dieu.

Extrait de l’homélie du Père Rémy, dimanche 14 avril 2019.

Allahu Akbar + Adonaï + Ave Maria

Quelques jours avant Pessa’h la Pâque juive (à partir du 19 avril), notre dimanche de Pâques (21 avril) et le Ramadan qui doit débuter dans les premiers jours de mai, les réseaux sociaux nous relaient un moment magique du dialogue interreligieux. Cela s’est passé à Rabat, au Maroc, le samedi 30 mars. Ce jour-là l’Orchestre philharmonique du Maroc (OPM) a offert à Mohammed VI et à notre Pape François son fameux arrangement spécial « Religions à l’Unisson » dans l’auditorium de l’Institut Mohammed VI de formation des imams, morchidines et morchidates.

Le muezzin Smahi El Hadni a d’abord prononcé l’appel à la prière musulmane (Allahu Akbar) avec des textes soufis. Ensuite Françoise Atlan a chanté la prière juive Adonaï. Enfin Caroline Casadesus a interprété l’Ave Maria de Caccini. Merci KTO, merci Facebook. A partager !

Si nécessaire activez le son en cliquant en bas à droite de la vidéo.

L’eau c’est la vie !

Retour sur la réunion de Carême de vendredi dernier à la salle Sainte-Anne à Saint-Germain et l’intervention de Michel Farcy qui a créé Aclaira à Fourqueux en 2015. Lors de cette soirée, il a témoigné d’un engagement différent, surprenant, innovant dans l’aide au développement. Aclaira est une jeune petite entreprise comme les autres avec un bilan, des charges et elle s’inscrit dans l’économie classique même si son objectif n’est pas d’enrichir, financièrement s’entend, ses actionnaires. Son secteur d’activité ? La fourniture d’eau potable auprès des populations qui n’ont pas accès à une eau saine. Mais il ne s’agit pas d’expédier dans les villages africains des camions chargés de packs de 6 bouteilles. Aclaira vise la potabilisation de l’eau sur place. Nous avons demandé à Michel Farcy de revenir brièvement sur les 6 points clés de sa démarche.

Comment permettre à chacun de trouver dans son propre pays des conditions de vie assez dignes et « sécures » pour n’être pas contraint de partir (aide au développement) ?

  1. L’eau c’est la vie – La qualité de l’eau c’est la qualité de la vie.
  2. Aclaira ne fait pas de compromis sur la qualité de l’eau et s’appuie pour cela sur les technologies membranaires – barrière absolue contre les microbes.
  3. Aclaira fait appel aux compétences locales pour adapter les systèmes membranaires aux petites communautés.
  4. L’eau tombée du ciel est gratuite ; une eau saine et pure ne l’est pas (pas d’assistanat dans le sens du respect de la personne).
  5. Aclaira est une entreprise, pas une association [par exemple Aclaira paie la TVA locale – moyen essentiel de développement – au contraire des ONGs].
  6. En prenant en charge l’accès à l’eau potable saine et sûre, les petites communautés créent un cercle vertueux : moins d’exode rural, de déforestation, plus d’emplois locaux, meilleures santé publique, qualité de vie et condition de la femme.

Chacun de 6 points mériterait un développement.

Le type de partenariat que je recherche avec un grand groupe est par leur département « RSE » (Responsabilité Sociétale des Entreprises ou en anglais CSR Corporate Social Responsibility). Je cible principalement les entreprises qui ont des intérêts ou implantations en Afrique Subsaharienne. Pour elles, faire bénéficier les villages, entourant leurs implantations, d’un programme RSE avec Aclaira prend tout son sens. Elles sont nombreuses : TOTAL, EXXON, SAINT-GOBAIN, etc.

Site internet Aclaira